Logo Assurancevie-frais0.com

assurancevie-frais0.com

Assurance-vie : que choisir ?

Comment savoir si le contrat que vous envisagez de souscrire est un « bon contrat » ? Et, comment savoir si votre allocation d’actifs tient la route..! Pour répondre à ces questions, Assurancevie-frais0.com vous propose de revoir quelques pré-requis.

1. Caractéristiques du contrat :

Un bon contrat d’assurance-vie est avant tout un contrat souple qui vous offre une grande liberté de gestion. Il présentera notamment les caractéristiques suivantes :

  • Une offre financière complète : ne visez pas forcément les 3 000 fonds mais veillez à ce que votre contrat propose des fonds de qualité dans les différentes thématiques d’investissements :
    • Fond d'actions émergentes
    • Fond d’actions internationales
    • Fond d’actions françaises et européennes
    • Fond d'actions flexibles et sécuritaires
  • Notoriété de l’assureur : ce n’est pas tant pour le risque de défaut mais plutôt parce que les grands noms de l’assurance sont généralement plus à même de vous proposer une offre diversifiée et pérenne.
  • Des frais maitrisés : attention, on recherche souvent des frais les moins élevés possible. En réalité il nous semble important de comprendre les frais de gestion du contrat et de voir s’ils sont justifiés. Sachez que vous ne pourrez pas attendre la même chose d’un contrat à frais 0 que d’un contrat souscrit auprès d’un conseil qui en assure un suivi régulier.
    Sachez également que selon les supports d’investissement il peut y avoir des frais supplémentaires. C’est notamment le cas avec les SCPI.
  • Conditions des avances : Comme vous le lierez dans notre rubrique « Montage : optimisez vos placements avec l’assurance-vie », l’avance présente de nombreux avantages. Ne négligez pas cet aspect du contrat pour ne pas vous retrouver bloqué.

2. La répartition des fonds sur votre contrat

Sur les milliers de fonds qui existent au sein des contrats d'assurance vie, vous allez avoir à en sélectionner une poignée. Comment procéder ?
Le choix des fonds peut se faire en fonction des critères suivants :

  • Notoriété et antériorité du gestionnaire : Ne faites pas une confiance aveugle au Gérant « Star », mais ils ont souvent fait la preuve de la pertinence de leur gestion. En tout état de cause, privilégiez des fonds, des gérants et des équipes qui ont un bon « track record » (historique de performance). Vous éviterez souvent de mauvaises surprises…
  • Capacité des gestionnaires à communiquer et à faire connaitre leur façon de travailler : attention, il peut y avoir de très bons gestionnaires qui vivent dans leur tour d'ivoire et ne sont pas facilement accessibles. Évitez-les dans votre sélection.
  • Capacité des gestionnaires à respecter dans le temps ce qu'ils disent et les méthodes de travail qu'ils annoncent 
  • Style de gestion : Value, Growth, Stop-Picking, Bottom-up, Performance Absolue… Pour les fonds européens ou français, nous privilégions les gestionnaires à orientation Value (fonds gérés de façon plus prudente et où les achats se font à des prix raisonnables). Ces fonds ne sont pas ceux qui ont eu les meilleures performances ces dernières années mais leurs perspectives de plus-value nous semblent intéressantes. Pour le reste fuyez les fonds qui ont une gestion indicielle et les produits structurés. Privilégiez les fonds Values qui après le rebond des 5 dernières années, devraient offrir un meilleur potentiel de plus-value. Naturellement, il ne faut pas être dogmatique. Dans certaines situations d’autres styles de gestion peuvent se concevoir.

Vous devez ensuite avoir à l’esprit que votre sélection sera assez stable. Elle n'évoluera que progressivement. La gestion d’un contrat d’assurance-vie ne s’envisage pas comme celle d’un compte titre ou d’un PEA. Vous choisissez de faire confiance à des gestionnaires que vous avez pris le temps de sélectionner, et vous suivez l’évolution de leur gestion. Il n’est évidemment pas exclu de sanctionner un gestionnaire et ou une thématique d’investissement dans laquelle vous ne croyez plus, ou moins...
Assurancevie-frais0.com vous conseille également de miser sur la diversification. Investissez sur des fonds du monde entier et ne « mettez pas tous vos œufs dans le même panier » : à  l'intérieur d'un même contrat il faut diversifier les gestionnaires et ne pas perdre de vue qu'un fonds.... c'est avant tout un homme ou une toute petite équipe.
Bien sûr, la répartition des fonds sur votre contrat dépendra de votre sensibilité au risque. Gardez toutefois à l’esprit que :

  • L’investissement sans risque n’existe pas.
  • Qu’il n’y a pas de rendement sans risque (non, pas même le fonds en euros).
  • La vrai sécurité vient de la diversification.

A titre indicatif, vous pouvez retenir les pondérations suivantes :

  •  Fond d'actions émergentes : 15% à 30%.
  •  Fond d'actions internationales : 20% à 30%.
  •  Fond d'actions françaises et européennes : 15% à 30%.
  •  Fond d'actions sectorielles : 5% à 15%.
  •  Fonds d'actions à orientation flexible ou sécuritaire : 20% à 60%.

3. Point Marché

  • Les fonds à base de SCPI : ils apportent une bonne sécurité à votre contrat d'Assurance-vie mais les SCPI doivent être conservées assez longtemps. La part des SCPI peut être variable selon les contrats. Il est également possible d'utiliser les avances sur contrat d'assurance-vie pour acheter des SCPI en direct en complétant ou non par un prêt bancaire.
  • Les fonds Emergents : sur le long terme, ces fonds ont de bonnes performances. Ils restent largement dans la liste de nos préconisations.
    Globalement, 2014 a été l'année de la reprise, sauf sur la partie Europe émergentebien que les fondamentaux de certaines économies soient souvent beaucoup plus sains qu’on ne le lit. Ces fonds ont généralement souffert de la fuite des capitaux des investisseurs internationaux (notamment Américains) suite aux annonces de la Banque Centrale Américaine. Cependant, nous vous rappellons que la Chine a une croissance annuelle du PIB de 7,6%. On devrait assister à un triplement du PIB en 15 ans. Et malgré ces chiffres, le rapport Cours/Bénéfice des Sociétés chinoises est inférieur de moitié à celui des Sociétés américaines... Il existe donc de belles opportunités à long terme, d’autant qu’aujourd’hui le marché est bas ! De plus, la Chine connait une forte croissance de la consommation des ménages et devrait disposer des moyens nécessaires pour mener les reformes structurelles dont le pays a besoin. Selon certains critères la Chine serait déjà la première puissance économique du monde. Le marché émergent ne se limite par ailleurs pas au BRIC (Brésil, Russie, Inde Chine) qui il est vrai ont souffert pour différentes raisons (pas toujours justifiées) ces dernières années. Nous pensons donc qu’il faut rester largement investi sur les émergents sur le long terme. Nous conseillons de diversifier les émergents sur 3 fonds principaux :
    • Carmignac émergents
    • Magellan
    • HMG Globetrotteur
  • Les fonds obligataires : les performances passées de ces fonds étaient bonnes. Ces fonds ont été largement investis :
    • En obligations de pays européens périphériques (Espagne, Italie) : ils y ont gagné beaucoup d’argent car ils ont investi quand les taux étaient très hauts. Au moment où ces pays sont rentrés dans le rang au niveau des taux, la valorisation des obligations souscrites en pleine crise a été importante. Bravo mais c’est fini. Il faut plutôt se tourner vers les actions de ces pays où il a encore un fort potentiel de valorisation.
    • En obligations, de petites Sociétés européennes ou étrangères (il y avait même de grosses Sociétés sur ce marché) qui au moment des crises du financement des entreprises se sont refinancées sur le marché à des taux très élevés. Aujourd’hui les PME et les grosses entreprises se refinancent à des conditions beaucoup plus normales. Il y a donc eu une hausse des valorisations des obligations émises pendant la crise mais la poule aux œufs d’or… c’est terminé.

Il y a en plus un fort risque sur le marché obligataire : en cas de hausse des taux, la valeur vénale des obligations anciennes diminuera fortement.
Le marché obligataire a bien rapporté il y a 1 an ou 2 mais nous sommes très circonspect sur ce type d’investissement maintenant. Cependant, certains fonds (H2O Multibonds) arrivent à avoir des performances encore intéressantes en partie grâce à la variation des cours de devises sous-jacentes aux obligations.
Plutôt qu’une gestion obligataire pure, nous préfèrons une gestion plus flexible (Eurose, Arty…) qui peut aussi servir en trésorerie d’entreprise.

  • Les fonds d’actions françaises et européennes : les performances récentes de ces fonds sont peu satisfaisantes en 2014 et plus que jamais il reste un potentiel de valorisation sur ce marché. Les entreprises disposent d’une bonne réserve de liquidités qui devrait leur permettre d’augmenter leurs dividendes et d’investir pour se recentrer et se renforcer sur leur cœur d’activité : c’est surtout vrai pour l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et l’Europe du Nord.
    Nous prônons une bonne diversification en privilégiant le fonds de type value.
  • Les fonds spécialisés dans les actions d’Europe du Sud : le fond GIS European Recovery Equity Fund (Generali) est très sélectif dans ces choix de Sociétés. Pour l’instant, la valorisation des Sociétés d’Europe du Sud est très basse. Ce fond qui existe depuis quelques mois a déjà enregistré 20% de plus-value et il nous semble qu’il est encore temps d’investir sur ce fond.
  • Les fonds d'actions flexibles ou sécuritaires : des fonds comme Eurose, Arty ont une volatilité limitée et des performances à moyen terme qui devraient être bien supérieures aux fonds euros. Ces fonds devraient continuer à profiter du rebond des marchés actions tout en vous offrant une relative protection de votre capital (fonds à faible volatilité – le capital n’est pas garanti).
  • Les fonds d’actions internationales : ces fonds sont portés par la reprise de l’économie mondiale. Ils sont aujourd’hui largement investis sur des fonds américains dont l’économie bénéficie des fortes baisses du coût de l’énergie (gaz de schistes) et dans une moindre mesure de la reprise du marché immobilier. Mais également sur des pays comme le Mexique qui bénéficient de leur ré-industrialisation. Ces fonds sont aussi portés par les bons résultats publiés au premier trimestre (dans 80% des cas, ils ont même été supérieurs aux prévisions), et par la perspective d’une hausse des dividendes qui devrait se confirmer au vue de la trésorerie dont disposent les entreprises. La part des émergents a largement été diminuée dans les portefeuilles.
    On constate également un retour des gérants sur les marchés européens qui bénéficient, comme évoqué précédemment, d’une bonne reprise.
    Ces fonds offrent une bonne diversification mais il ne faut pas les surpondérer car ils sont déjà un peu chers.
    Nous préconisons également volontiers des fonds de type Norden qui sont investis en Europe du nord, Moneta Multi-caps et Centifolia.
  • Les fonds de matières premières : ces fonds ont connu de belles valorisations par le passé. Au vue de la conjoncture actuelle et de la nouvelle donne en matière énergétique, nous conseillons de rester à l’écart de ce type de fonds. Nous considèrons qu’ils offrent trop peu de visibilité.

4. Notre sélection de fonds

Télécharger le document de préconisations de fonds en assurance-vie au 25 novembre 2014. 

Notre sélection de fonds